Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 17:40


Quatrième de couverture :

"Jusqu’à ce jour, je n’ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J’avais honte ? Peur qu’on me plaigne ? Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c’était pour échapper à la question terrible : « Qu’est-ce qu’ils font ? » Aujourd’hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j’ai décidé de leur écrire un livre. Pour qu’on ne les oublie pas, qu’il ne reste pas d’eux seulement une photo sur une carte d’invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n’ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d’ange, et je ne suis pas un ange. Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d’une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler d’eux avec le sourire. Ils m’ont fait rire avec leurs bêtises, et pas toujours involontairement. Grâce à eux, j’ai eu des avantages sur les parents d’enfants normaux. Je n’ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n’avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu’ils feraient plus tard, on a su rapidement que ce serait : rien. Et surtout, pendant de nombreuses années, j’ai bénéficié d’une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j’ai pu rouler dans des grosses voitures américaines."

 

Avis d’une lectrice du dimanche

Un livre magnifique

Jean-Louis Fournier nous livre, avec une infinie pudeur, quelques bribes de l’existence de ses deux garçons lourdement handicapés. Avec un humour semblable à celui de Pierre Desproges dont il fut l’ami, il lance ce témoignage, une lettre d’amour à ses enfants qui ne la liront jamais, afin « qu’on ne les oublie pas, qu’il ne reste pas d’eux seulement une photo sur une carte d’invalidité ».

Il décrit sa difficulté à ajuster son rôle de père face à tous les bonheurs de la vie que ces enfants ne connaîtront jamais, face au regard des autres aussi car la bêtise, elle, est bien la norme…

C’est un hommage à tous les mômes frappés par la malchance et du coup prisonniers d’une vie absurde.

Durant la lecture de cet ouvrage, j’ai oscillé entre l’envie d’éclater de rire et celle d’éclater en sanglots…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

krol 21/09/2009 19:00

Je n'ai pas fait d'article sur ce livre sur mon blog parce que je ne savais qu'en penser et je suis toujours dans le même état. Le ton peut-être qui m'a... surprise. De trop courts chapitres, pas assez fouillés... Je suis restée sur ma faim et pourtant... j'ai apprécié l'humour, certains passages très forts.

Marie 21/09/2009 21:16


C'est un livre assez particulier car l'auteur se réfugie derrière le sarcasme pour surmonter son chagrin...


isa 04/07/2009 15:54

JL Fournier a réussi un tour de force avec ce livre : mettre du rire dans un double drame.
C'est un très beau livre et un très bel hommage à ses enfants.

kitschy-kawai 04/07/2009 09:55

merci pour ton com =)

Géraldine 29/06/2009 20:24

Je n'ai pas encore lu ce livre, j'attends sa sortie en poche. Mais le sujet n'en est il pas : peut on rire de tout ?? Ai-je une impression correcte ?

Claudia 29/06/2009 16:27

Un petit coucou du lundi. Il fait très beau.
Malheureusement, je ne vois rien à l'horizon....
à bientôt
Claudia

Marie 29/06/2009 21:38


Ne lâche pas, Claudia, ça va venir !!!  


Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche