Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 12:51

Quatrième de couverture

" Le récit des Petites fées de New York démarre avec Morag et Heather, deux petites fées hautes de cinquante centimètres, portant épée, kilt vert et cheveux mal teints, qui volettent par la fenêtre du pire violoniste de New York, un type antisocial et obèse nommé Dinnie, et vomissent sur sa moquette. Qui sont-elles et comment sont-elles arrivées à New York, et en quoi tout cela concerne-t-il l'adorable Kerry, qui vit dans l'immeuble d'en face, est atteinte de la maladie de Crohn et confectionne un alphabet des fleurs, et en quoi tout cela concerne-t-il les autres fées (de toutes nationalités) de New York, sans oublier les pauvres fées opprimées de Grande-Bretagne, voilà le sujet du livre. Il contient une guerre, ainsi qu'une mise en scène fort inhabituelle du Songe d'une Nuit d'Eté de Shakespeare, et des solos de guitare de Johnny Thunders des New York Dolls. Que peut-on demander de plus à un livre ? " Neil Gaiman.

 

Avis d’une lectrice du dimanche


Un livre déconcertant, un joyeux délire.

Martin Millar nous offre un conte pétillant et décalé pour réfléchir aux choses essentielles de la vie.

 

Vous l’ignoriez peut-être mais nous côtoyons le monde des petites fées. Seuls quelques humains ont le privilège de les voir. Dans l’ensemble ces petites personnes sont censées être de gentilles créatures dont les activités principales sont de s’amuser, faire de la musique, picoler et s‘envoyer en l‘air. Mais en y regardant de plus près, certaines de ces personnalités s’avèrent être belliqueuses, le trou de l’ozone a même affecté dramatiquement quelques individus. Tala par exemple, le roi des fées anglaises, a asservi ses sujets et lance une guerre sans merci contre les autres peuplades pour imposer sa conception de l’existence : ces petits êtres fantastiques doivent désormais travailler dur et produire des richesses ! La révolte gronde et certains fuient le tyran.

Des rebelles d’origines différentes se perdent dans New-York.
Deux d‘entre elles, Morag MacPherson et Heather MacKintosh ont été chassées de leurs clans écossais pour avoir joué du punk subversif. Elles se mêlent de la vie des humains qu’elles rencontrent, pour le meilleur et pour le pire. A la fois teignes et facétieuses, leur don essentiel semble être de semer une pagaille indescriptible à l’échelle cosmique. Entre maladresses, beuveries mal contrôlées, cambriolages de banques et vols à l’étalage, elles provoquent des bagarres de rue mémorables entre groupes de fées rivales.

Deux humains se retrouvent au cœur des entreprises fantasques des deux écossaises : Dinnie, violoniste raté et anti-social, et Kerry, la jeune beauté gravement malade.

D’autres personnages tout aussi déjantés gravitent dans le tourbillon effréné de ce conte : artistes méconnus, clochards, Magenta la mendiante guerrière, le fantôme de Johnny Thunders…


Derrière les pitreries de ce conte urbain, apparaissent des thèmes tels que la solitude, l’amitié, la peur de la mort et le besoin de reconnaissance… Sentiments ressentis par tout être vivant, humain ou fée.


Elles l'ont lu, voici leurs avis : Cathulu, chiffonnette, Biblioblog, A livre ouvert   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Schlabaya 08/09/2009 22:46

Original et sympa, on dirait. Cet univers de fantasy déjantée me rappelle un peu Terry Pratchett.

Marie 11/09/2009 22:00


Tiens, je n'ai jamais rien lu de Terry Pratchett, il faudra que j'essaie... 


Manu 07/09/2009 16:33

D'habitude, je ne suis pas trop fées et consort, mais celui-ci me tente ...

Marie 08/09/2009 07:44


Ah oui, c'est tout sauf guimauve. Dans ce conte urbain, ce sont des punks, musiciennes, bagarreuses... et teignes sympathiques...


julie 07/09/2009 08:53

je veux le lire !!! Marie tu lis plus vite que je ne peinturlure.... j'ai du mal à te suivre !!!
plein de bizzzzz

Marie 07/09/2009 12:44


En fait, j'ai pris du retard dans mes fiches de lecture. Là, ce sont les lectures du mois d'août...

De toutes façons, il faut beaucoup plus de temps pour peindre une belle toile que pour rêver paresseusement grâce à un bouquin... 


kimcat 06/09/2009 23:35

Coucou Marie
Ta petite Canaille finira peut-être par croquer cette satanée souris...
Bises étoilées
Béa kimcat

Marie 07/09/2009 12:50


Je suis confiante, on l'aura avant vendredi cette satanée bestiole...


Philippe 06/09/2009 21:10

Bonne soirée

Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche