Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 00:20

Coup de coeur !

 

Quatrième de couverture

Elle aurait voulu être une bête, au moins ça aurait été clair. Elle est juste professeur de la vie et de la terre, mais il n'y a plus de vie il n y a plus de terre sous ses pieds quand son amant part. Alors au collège, elle n y va pas. Qu'est-ce qu'elle enseignerait, hein ? Son corps enseignant, il est ici. Son intelligence, sa patience, son savoir, tout pourrit sans caresse. Elle se racornit comme les feuilles de certaines plantes quand elles manquent d'eau. Elle peut juste attendre qu'il revienne ou qu'elle reparte le voir. Toute la vie suspendue dans l'intervalle. Sans son corps, elle ne peut pas enseigner C'est comme ça. Elle n'a de tête que si tout le corps vit. Et elle a beau essayer de penser autrement, elle n y arrive pas. Elle pense par la peau. Son corps la mène dans la vie et elle découvre un gouffre. Le corps peut manquer à l'appel. D'une écriture incisive et empathique, Jeanne Benameur brosse le portrait de tous les acteurs d'un collège de banlieue avant les émeutes, questionnant leur présence vive. Avec émotion, elle débusque les symboliques occultées du monde scolaire et les drames intimes de chacun: une brèche s'ouvre pour une pédagogie à rebours de tous les tabous.

 

Avis d’une lectrice du dimanche

 

Un beau roman écrit par une passionnée de l’enseignement, et surtout de l’enseignement public s’il vous plait !

Son écriture, si belle, chaleureuse et humaine, m’a noué les tripes de petits nœuds d’émotion…

 

Jeanne Benameur dresse un tableau réaliste de l’état d’esprit des élèves et des professeurs dans les cités. Elle évoque la frustration et la lassitude des habitants de ces quartiers déshérités. Profs et élèves éprouvent en fait les mêmes colères, les personnalités sont souvent étouffées par le bitume et l’absence de perspectives d’avenir. Chacun des protagonistes ont des vies, des sensibilités, des blessures et des rêves différents. Il est impossible de traiter le cas des élèves dans une globalité qui ne peut que les tirer vers le bas. Chaque étudiant est à considérer individuellement, avec un regard qui s’élève au-delà des notes.


Ce plaidoyer pour une éducation moins rigide, moins étouffée par les programmes, est touchant et plein d’espoir. L’intelligence ne fuit pas les quartiers difficiles, il faut seulement donner l’occasion aux jeunes de faire jaillir les pépites qui sont en eux. Elle rejette l’idée reçue de la paresse des jeunes. Ils ne recherchent pas l’oisiveté et peuvent travailler très dur si la motivation est là.


Le milieu des enseignements est également passé à la loupe car il n’y a pas un corps enseignant, comme on a l’habitude de le qualifier, mais une multitude de visions différentes sur l’éducation, de failles, d’énergies diverses et de méthodes employées.

 

Quelques extraits :

 

"L'école gratuite, nom de Dieu, il faut en profiter !
Quand il voit dans le métro toutes les publicités qui fleurissent pour les officines de cours particuliers, l'exaspération lui brûle la langue.  "Professeurs diplômés et pédagogues", mais eux alors, ici, ils ne sont pas diplômés et pédagogues ? Personne ne se demande si leurs diplômes, leur pédagogie ne seraient pas plus efficaces si on arrêtait avec ces classes à vingt-cinq, à trente, qui ne correspondent plus à rien ? Ceux qui donnent des cours particuliers peuvent, c'est sûr, se targuer de bons résultats. A deux, la connaissance fait son chemin plus vite et mieux qu'à trente, c'est mathématique !"

.

 

" La classe de troisième est sortie du cours de français dans un silence inhabituel. Les élèves sont encore dans la brume de l'histoire lue. La sonnerie les a dérangés. Le professeur de lettres  dit Pour ceux que ça intéresse, au CDI il y a la Lettre au père et une série de la Métamorphose, vous pouvez les demander à Mlle Pascalet.

Pour ceux que ça intéresse.

Il ne rendra pas cette lecture obligatoire. Il est sûr qu'il y aura quelques lecteurs, il l'a senti dans leur écoute, leur lenteur à quitter leurs chaises, la salle. Et s'il n'y en a que quelques-uns, c'est suffisant. Pour une fois, il se fie jusqu'au bout à lui-même. La lecture est un aliment de choix, pas du maïs à gaver les oies. Et l'appétit vient en mangeant, il vient aussi à regarder les autres se délecter."

 

 

Moka a également apprécié ce roman !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isa 23/10/2009 08:49


C'est très tentant. J'avais adoré les demeurés de cette auteure


Marie 25/10/2009 17:22


J'ai beaucoup aimé les Demeurées aussi !


krol 18/10/2009 11:19


J'ai très envie de lire ce livre !!! Ton enthousiasme est communicatif.
Et le dernier extrait me parle tellement...


Marie 18/10/2009 21:18


Il est difficile d'être déçu par cet auteur, vraiment !



Choco 15/10/2009 12:11


intéressant mais je ne suis pas tentée.


Marie 16/10/2009 07:42



C'est sûr, on ne peut pas craquer pour tous les livres ! Mais je suis une inconditionnelle de l'écriture de Jeanne Benameur...



chiffonnette 14/10/2009 20:29


J'aime beaucoup la plume de Jeanne Benameur. Je n'ai pas encore lu cet opus, mais cela ne saurait trop tarder! Un an ou deux le temps d'écluser un peu ma PAL!


Marie 14/10/2009 23:04


Ahhh nos PAL... 


Mariel 14/10/2009 17:01


Je l'ai commandé à ma librairie la semaine dernière!
Je l'attends impatiemment.


Marie 14/10/2009 23:07


Je suis sûre que tu vas te régaler !


Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche