Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 10:00

 

Courrier International-MANDELA

 

Courrier International a publié le 25 mai 2010
un hors série d'une centaine de pages
sur l'Afrique du Sud.

Ce beau reportage nous plonge dans ce pays à travers
un portrait de Mandela, le symbole vivant de ce pays.
Des textes, des témoignages et
de splendides photos couleur ou noir et blanc.

 

De nombreux thèmes sont abordés pour faire un état des lieux de l'Afrique du Sud. Les progrés immenses qui ont permis à ce pays d'évoluer sans bain de sang vers une démocratie sont bien sûr soulignés mais les problèmes ne sont pas éludés : la corruption fait rage, les plus pauvres ont chèrement payé la sélection de l'Afrique du Sud pour accueillir la Coupe du monde de foot...

Ce document se focalise beaucoup autour de Mandela tout simplement car c'est un personnage clé et influent qui a modelé le présent de l'Afrique du sud, pour le meilleur et pour le pire.

 

Je ne résiste pas au plaisir de diffuser l'édito de ce hors-série, qui donne vraiment la structure du dossier :

"Mandela a tout de l’icône moderne. Une vie qui tient du conte de fées. Le petit berger de Qunu, du fin fond du pays xhosa, devenu combattant de la liberté, ennemi juré de l’apartheid. Mais celui qui restera dans toutes les mémoires, c’est l’homme aux cheveux déjà blanchis qui accepte de passer vingt-sept années en prison afin de maintenir en vie son idéal. Celui qui deviendra, en 1994, l’incarnation des rêves qui paraissaient les plus fous. Le premier président de l’Afrique du Sud multiraciale. L’homme qui accède au pouvoir et change le monde sans vendre au plus offrant son âme ni ses idéaux de paix, d’égalité et de liberté. “Une Antigone moderne”, selon l’écrivain sud-africain André Brink qui ne cache pas son immense admiration pour lui.

L’image est belle. D’Epinal. Mais “Madiba”, c’est aussi l’homme politique rusé en diable. Le fin diplomate, le solide pragmatique. Celui qui comprend bien vite que le régime d’apartheid est trop puissant pour ne pas faire de l’“ennemi d’hier” le “partenaire de demain”. Pour l’ex-avocat, entré tôt en politique, l’absolue priorité demeure le dialogue avec l’autre, le Blanc ; la “réconciliation raciale”. Adulé par les Blancs élevés dans la crainte d’une guerre civile, le sage Mandela ne fait pas toujours l’unanimité dans les townships. Là où l’on rêve de transformation plus radicale. D’égalitarisme à marche forcée. Au point que certains militants le considèrent désormais comme un “traître à la cause”. A celle des Noirs. L’ex-icône est désormais perçue comme un rallié au capitalisme, honni par ces déshérités.

Au-delà du mythe, de la statue érigée de son vivant et des magnifiques clichés en noir et blanc restera donc un homme. Avec ses grandeurs, mais aussi sa part d’ombre. Ces contrastes en noir et blanc qui ne le rendent que plus humain. Et donc, au final, beaucoup plus grand."

 

Pour prendre soin de nos piles de livres à lire,
plusieurs auteurs Sud-africains sont mis en avant :
Niq Mhlongo, Phaswane Mpe, K. Sello Duiker...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DENIS 20/06/2010 18:58


je ne connais aucun de ces auteurs mis en avant
j'aimerais lire un hors série sur la littérature sud africaine mais à ma connaissance aucun magazine littéraire ne l'a fait et pourtant c'était là l'occasion


Marie 21/06/2010 07:52


C'est vrai, il est vraiment dommage qu'aucun magazine littéraire n'ait saisi cette occasion pour nous faire découvrir les auteurs actuels de ce pays.


Claudia 20/06/2010 16:04


Quand il dit qu'il accepte de passer 27ans dans les geôles des prisons de l'Afrique du Sud, c'est très réducteur. Il a été torturé. Il ne faut pas l'oublier. Avant qu'il n'arrive a lier un échange
avec son gardien, son enfermement a été terrible.
Rien n'est réglé en Afrique du Sud. La misère, la violence et le racisme existe toujours. Disons qu'une certaine classe argenté parmi les noirs c'est élevée, mais la démocratie n'existe pas. Pas
plus dans ce pays africain que dans les autres pays africains, d'ailleurs. En ce moment, il y a des manifestations, mais on en parle peu.
De quel dictateur veux-tu parler ?
Claudia


Claudia 19/06/2010 20:33


Mon commentaire n'est basé que sur ton article. Je n'ai pas lu le courrier.
Bise
Claudia


Marie 20/06/2010 00:20



Il me semble que l'édito que j'ai cité est positif. Mandela est admiré et respecté par la majorité. Les seuls aspects critiques sont construits afin d'expliquer les faiblesses qui subsistent dans
ce pays, expliquer pourquoi Mandela se heurte actuellement à la rancoeur des plus pauvres dans les ghettos...


Toutes les différences de points de vue font la richesse de cet hors série. Il est permis de parler librement de Mandela car c'est un grand personnage, complexe et profondément humain, il ne
s'est pas transformé en petit dictateur intouchable comme certains révolutionnaires.


 



Claudia 19/06/2010 18:55


J'ai toujours suivi Mandela. Il reste pour moi le sage qui est resté derrière les barreaux pendant 27 ans. Je trouve cet article bien "petit" vis à vis de la vie de cet grand homme. J'ai lu le très
beau livre de Jack land sur lui. Il a tant fait pour son peuple, peut-on lui reprocher de n'être qu'un homme ? je ne crois pas. Qui peut se venter d'être sans failles ? Quand il a fallu remettre
les pendules à l'heure vis à vis des énormité dites par le ministre de la santé de l'Afrique du Sud concernant le sida, le seul qui s'est élevé, c'est Mandela. Il est toujours facile de critiquer
un homme. Mais franchement, en Afrique du Sud, bons nombres de personnalités sont beaucoup plus critiquable que lui.
Bises
Claudia


Marie 19/06/2010 20:27



As-tu lu ce dossier ? Je suis surprise que tu en aies cette impression négative !


Mandela n'est pas rabaissé ! C'est un bel hommage à Mandela, son courage et sa grandeur sont vraiment mis en avant ! Simplement, les journalistes essaient de faire un travail d'historien. De
nombreux témoignages mettent Mandela quasiment au niveau d'un dieu vivant. D'autres témoignages nuancent simplement le portrait pour montrer la blessure et l'usure dues à 27 ans de prison, la
nécessité de prendre certaines décisionss, certaines stratégies difficiles à comprendre.


Ce document montre tout le chemin qui a été accompli et toute la route qui reste à faire pour que moins de pauvres soient exclus de l'ascension de ce pays.


Bisous Claudia !


Marie


 



lizagrèce 19/06/2010 14:45


Merci pour cette édito qui remet les choses à leur place. Un homme a forcément des zones d'ombre et on ne peut tout demander aux chefs de partis, d'opposition, ou d'état. Ce sont des hommes ...


Marie 19/06/2010 20:28



Exactement ! Mandela reste un humain, un grand homme mais avec ses failles.


 



Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche