Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 09:48

Kyoto---Yasunari-Kawabata.jpg

 

Quatrième de couverture
L'entente entre la nature et l'homme trouve sans doute son accomplissement dans Kyôto. Deux jumelles ont été séparées à leur naissance. Elevées dans des milieux différents, l'une à la ville, l'autre dans la montagne, vont-elles pouvoir se rejoindre, adultes, et se comprendre ? Au-delà de cette histoire limpide et bouleversante, c'est l'affrontement du japon traditionnel et du japon qui s'américanise chaque jour davantage, qui est ici mis en scène. Ecrit en 1962, Kyôto est sans doute l'œuvre qui exprime le plus profondément le déchirement métaphysique et psychologique de l'écrivain japonais.

 

Avis d'une lectrice du dimanche

Le style est extrêmement travaillé,
tous les détails sont étudiés pour révéler au lecteur un esthétisme très pur. Même les dialogues sont d'une politesse irréprochable.

Cette recherche de la beauté et de la perfection a hélas pour conséquence une ambiance glacée... J'ai trouvé ce livre quelque peu déprimant.

 

Chieko a été adoptée par une famille très honorable de marchands en gros. Elle fait preuve d'une grande déférence et d'une obéissance sans faille vis à vis de ses parents :
- Quand je demandai d'entrer à l'Université, mon père se récria : "L'Université pour notre fille, celle qui héritera de nos biens, ça n'a aucun intérêt. Regarde plutôt comment se traitent les affaires..."

En plein XXième siècle, Chieko fait preuve de la même soumission lorsque son père évoque le futur époux qu'il entend lui choisir.

Sa rencontre avec sa soeur jumelle est un choc pour Chieko. Mais même cette relation s'épanouira difficilement dans le cadre sévère des règles sociales. Les sentiments personnels sont étouffés au profit de l'intérêt familial et social.

La société japonaise est longuement décrite en mettant à jour les mécanismes psychologiques et traditionnels qui motivent son type de fonctionnement.

Ce roman,  fin et très intéressant, m'a laissée de marbre quant à la fiction proprement dite. Les personnages suivis dans ce récit sont lointains, froids, désespérément inaccessibles.

 

Challenge

5ème titre dans le cadre du challenge japonais initié par Choco

Challenge In the mood for Japan

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 20/09/2010 20:15


Quand trop de politesse tue le sentiment.


Marie 21/09/2010 21:47



La politesse et surtout la perfection tuent le sentiment effectivement...  :-)


 



DENIS 17/09/2010 21:54


c'est un de mes auteurs favoris


Marie 18/09/2010 09:32



Trop difficile pour moi, trop parfait...


 



Choco 15/09/2010 22:54


Tu ne seras pas surprise si je te dis que ça risque de me plaire ! :))


Marie 15/09/2010 23:13



C'est très possible car au niveau des livres japonais, nous n'aimons pas forcément les mêmes ambiances. Que veux-tu, je suis une petite nature !



Manu 14/09/2010 21:10


Tu me donnes envie de découvrir ce titre mais bon, je le note pour dans 10 ans quand ma PAL aura un chouia diminué (comment ça, c'est pas possible ??? ;-) )


Marie 14/09/2010 22:01



Ah là là ces PAL gigantesques...  



Aifelle 14/09/2010 18:18


Ce n'est pas encore celui-là que je vais choisir, je n'en suis qu'au premier titre du challenge, on peut dire que tu es loin devant.


Marie 14/09/2010 22:01



Il y a l'embarras du choix pour ce challenge ! Si tu ne sais pas quoi choisir, je te conseille Inoué Yasushi. J'ai lu pas mal de titres de cet auteur et je n'ai encore jamais été déçue !!!


 



Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche