Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 00:05

O-Verlaine---Jean-Teule.jpg



Quatrième de couverture

Alcoolique phénoménal, amant frénétique et désordonné, bigame maltraité par ses deux compagnes, Paul Verlaine oscilla jusqu'au tombeau entre l'ignoble et le sublime. C'est à la toute fin de sa vie, au moment de la pire déchéance morale et matérielle, au moment où les gloires de l'époque l'accablaient de leur mépris, qu'une soudaine vague de sympathie naquit en sa faveur parmi les étudiants et la jeunesse du Quartier latin. En quelques semaines, il devint leur idole.

Fol amoureux de ce personnage magnifique et terrifiant, Jean Teulé a choisi de raconter cette période extravagante à travers le regard du jeune Henri-Albert Cornuty - un adolescent de Béziers qui monta à pied à Paris dans le seul but de rencontrer Verlaine...



Avis d'une lectrice du dimanche

Jean Teulé rend hommage à Paul Verlaine à sa manière très particulière... pour le meilleur et pour le pire !

L'auteur décrit les derniers mois de vie de Paul Verlaine dans les quartiers artistiques qui ressemblent plutôt à la cour des miracles.

Le pauvre Lelian (anagramme de Paul Verlaine) se vautre au milieu des immondices, l'absinthe, les prostituées. Entre bagarres et insultes, les merveilleux vers du poètes éclosent dans les ruines d'une vie absurde, vouée à l'autodestruction.

Jean Teulé prend sa plus belle plume pour décrire la beauté de l'oeuvre, l'adulation des étudiants pour Verlaine, la misère intellectuelle de certains critiques littéraires...
En contraste, les descriptions nauséabondes prolifèrent pour peindre le monde décadent des artistes. La surenchère des détails avilissants est parfois lassante. Et qu'apporte au récit la scène immonde avec boa (un affreux serpent de 6 m... mais je ne vous donnerai pas plus de détails...) ?

Je ne connais pas la vie de Verlaine, mais finalement je ne sais rien de plus après cette lecture car je n'ai pas su démêler la fiction et la biographie...


Quelques extraits :

"- Vous êtes en retard Michaud.
- Et  je vous prie de bien vouloir m'en excuser, monsieur le préfet de police. Mais... vous rappelez-vous, l'autre jour, sur le boulevard Saint-Michel, ce petit voleur qui vous a vendu un livre de poèmes ?...
On vient une nouvelle fois d'en arrêter l'auteur et on a eu un mal de chien à le mettre en cellule.
- Libérez-le.
- Pardon ?
- La France a déjà failli pendre Villon. Alors ça suffit. On n'arrête plus Verlaine. Privilège de ma nouvelle fonction. Et vous serez gentil, Monsieur le commissaire, de faire diffuser, dans tous les postes de police du Quartier latin, une circulaire précisant : Interdiction d'arrêter Paul Verlaine quelles que soient ses frasques."

"Ce qu'aimait au-delà de tout Henri-Albert, c'était la bouleversante musique de Paul. Il l'entendait jusque dans le clapotis de l'hémoglobine qu'il convoyait. Ce chant intime et prenant... L'enfant avait infusé sa vie et son corps dans la poésie de Verlaine. Impressions, sensations... étourdissement."

A grands coups de son baton de vagabond, il démolit tous les hauts-de-forme autour de lui, posés sur les tables ou accrochés aux chaises : "Je hais ce noir mensonge social à reflets de soie !" Les jeunes furent stupéfaits devant les chapeaux cylindriques aplatis en galettes. Verlaine leur dit  : "Or ça, les enfants, quand j'aurai claqué ma gueule, dans ma notice funèbre, n'oubliez pas d'écrire que cette fin de siècle a eu son Saint Antoine et pas doux  !" On lui offrit quand même son enveloppe qui contenait quatre cent cinquante francs - une manne. Paul regarda les billets puis ceux qui s'étaient cotisés. Il tendit les bras vers eux :
- Je vous étonnerai par mon ingratitude !
Et il s'en alla.

"Maintenant, c'était trop tard pour les derniers aveux. Verlaine s'obstina à garder les paupières baissées et les lèvres hermétiquement closes. Le jeune curé tout frais émoulu du séminaire se redressa, contempla la pièce dore, dit :
- Maître, je vous ai lu... puis il lui chuchota à l'oreille : - Dieu n'aura pas le courage de vous damner.
"


D'autres avis :
Fanyoun, Midola, Amanda, Antoine, ...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

catherine chaffard 19/02/2010 21:14


Bonsoir, jean

J'ai été ravie de vous rencontrer ce dimanche 14 février , rue de Turenne...
J'ai lu tous vos livres et Mr De Montespan m'a bcp dérangé. On a l'l'habitude de voir une femme bafouée, mais un homme c'est plus rare..
Quand j'ai su que c'était une histoire vraie, j'ai été encore plus perturbée..
J'ai souffert avec lui...

Catherine Chaffard


Marie 21/02/2010 21:51


Bonjour
Vous n'êtes pas sur le site de Jean Teulé, mais sur le blog d'une simple lectrice qui fait des fiches de lecture...



Géraldine 15/02/2010 00:01


Si on savait dans quelles conditions ont été écrites les plus grandes oeuvres, j'ai l'impression qu'on serait drôlement surpris, voire dégoûté. Autre exemple mais bien différant.... Alexandre
Dumas...Je viens de voir le film "L'autre dumas", intéressant...


Marie 19/02/2010 23:19


Parfois, il vaut mieux ignorer les secrets de fabrication pour préserver la magie... 


Nanne 13/02/2010 20:41


Jean Teulé ne laisse pas indifférent, c'est le moins que l'on puisse dire ! Je l'ai découvert dans l'émission "L'assiette anglaise" où il tenait une chronique sur les événements et déjà il était
brut de décoffrage et sans concession ... J'ai lu en 2009 "Darling" et ce roman me reste encore en mémoire. C'est dire l'impact ! Et même si j'ai ri à certaines situations dramatiques, c'était pour
ne pas pleurer sur la situation de cette pauvre fille mal partie dans la vie. Personnellement, j'aime beaucoup cet auteur, et je vais reprendre la lecture de ses ouvrages, sans doute par "Le
Montespan" ou "Je, François Villon". Mais celui-ci me semble quand même intéressant à lire. On verra bien par la suite ...


Marie 15/02/2010 22:42


Effectivement Teulé ne laisse pas indifférent !
Pour ma part, je ne continuerai pas à lire cet auteur...


Alex-Mot-a-Mots 13/02/2010 17:26


Je viens de recevoir "Une bibliothèque pleine de fantômes".
A qui dois-je le faire suivre une fois lu ?
Merci pour le prêt et bon week-end.


Marie 15/02/2010 22:40


Je vais t'envoyer l'adresse...


Anjelica 12/02/2010 23:06


Teulé, je passe ...


Marie 15/02/2010 22:39


Je te comprends, je ferai sans doute la même chose à l'avenir...


Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche