Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 07:00

Photo-de-groupe-au-bord-du-fleuve---Dongala.jpg 

Quatrième de couverture

Ce matin, quand Méréana se réveille, elle sait que la journée qui l'attend ne sera pas comme les autres. Elles sont une quinzaine à casser des blocs de pierre dans une carrière au bord d'un fleuve africain. Elles viennent d'apprendre que la construction d'un aéroport a fait considérablement augmenter le prix du gravier, et elles ont décidé ensemble que le sac qu'elles cèdent aux intermédiaires coûterait désormais plus cher, et que Méréana serait leur porte-parole dans cette négociation. L'enjeu de ce qui devient rapidement une lutte n'est pas seulement l'argent et sa faculté de transformer les rêves en projets - recommencer des études, ouvrir un commerce, prendre soin de sa famille... Malgré des vies marquées par la pauvreté, la guerre, les violences sexuelles et domestiques, l'oppression au travail et dans la famille, les "casseuses de cailloux" découvrent la force collective et retrouvent l'espoir. Cette journée ne sera pas comme les autres, c'est sûr, et les suivantes pourraient bien bouleverser leur existence à toutes, à défaut de changer le monde. Par sa description décapante des rapports de pouvoir dans une Afrique contemporaine dénuée de tout exotisme, Photo de groupe au bord du fleuve s'inscrit dans la plus belle tradition du roman social et humaniste, l'humour en plus.

 

Avis d’une lectrice du dimanche

 

Coup de cœur !

 

Des femmes congolaises cassent des pierres au bord d’un fleuve. Leur sueur produit le gravier nécessaire pour les grands chantiers de constructions. Leurs sacs de cailloux sont achetés par les négociants à un prix de misère alors que pendant ce temps, entrepreneurs et intermédiaires s’enrichissent de manière indécente. Un jour, ces casseuses de cailloux décident de se révolter pour obtenir un salaire qui leur permette de nourrir et éduquer décemment leur famille. Leur mouvement se structure et évolue de manière sensible, intelligente, pacifiste.

 

Les portraits de ces femmes déterminées sont exceptionnels, attachants !

 

Emmanuel Dongala ébauche une peinture terrible de l’Afrique en dénonçant tout ce qui la meurtrit : la violence des militaires, la dictature, la corruption, le sida, les femmes écrasées par le machisme et la tradition. Méréana, porte-voix du mouvement, répète à l'envie que les lois en faveur des femmes sont seulement des bouts de papiers destinés à faire plaisir à l’ONU. Dans la réalité, elles n’ont aucun droit. Leur unique chance de s’en sortir est d’accéder à tout prix à l’éducation.

 

Méréana écoute systématiquement les informations à la radio le matin, chez elle, en vaquant à ses occupations. Ces journaux créent des apartés intéressantes en instruisant brièvement le lecteur des faits divers, politiques et sociaux qui rythment le quotidien des populations. En filigrane, sans jamais alourdir le récit, l’auteur glisse en leitmotiv les difficultés de tout un continent.

 

Emmanuel Dongala écrit ce roman féministe d’une très belle manière. Son écriture est vigoureuse ! Il raconte la vie et la lutte de ces femmes en s’adressant à Méréana à la deuxième personne du singulier. Il interpelle son héroïne avec respect et humour aussi. Ce procédé plutôt original donne souffle et puissance à ce récit, à la fois dur et optimiste. L’auteur ne sombre pas dans le mélodrame, un sourire flotte toujours au détour des mots…

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 24/02/2011 16:20



Un beau coup de coeur ! Je ne connais pas encore assez la littérature africaine, à mon grand regret !



Marie 24/02/2011 21:42



En fait je ne lis pas beaucoup de littérature africaine. Mais ma libraire m'a conseillée ce titre et j'ai bien fait de l'écouter !!!


 



Stephie 16/02/2011 09:51



De lui, je n'ai lu que "Jazz et vin de palme" il y a de ça pas mal d'années. Celui-ci est noté depuis sa sortie mais j'ai tant d'autres choses à lire avant.



Marie 23/02/2011 22:04



Tu verras, ce livre vaut le détour...


 



Choco 11/02/2011 15:12



Ma désespérante  PAL !



Marie 23/02/2011 21:56



Mais non, ce sont au contraire des pals pleines de rêves !  



Géraldine 06/02/2011 20:44



J'aime quand la blogo me fait découvrir des livres peu connus mais dont je sens tout de suite qu'ils sont fait pour me plaire. Je note.



Marie 10/02/2011 11:33



Ah oui, je suis sûre qu'il te plaira !!!


 



Choco 06/02/2011 16:07



J'aurais presque été tentée... Presque parce que l'Afrique ne m'attire pas vraiment et que j'ai tjs mieux à lire avant !



Marie 10/02/2011 11:29



OK... alors quelles sont tes lectures prioritaires du moment ? 



Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche