Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 17:30

Un-ete-sans-les-hommes---Siri-Hustvedt.jpg

 

Quatrième de couverture

Incapable de supporter plus longtemps la liaison que son mari, Boris, neuroscientifique de renom, entretient avec une femme plus jeune qu’elle, Mia, poétesse de son état, décide de quitter New York pour se réfugier auprès de sa mère qui a, depuis la mort de son mari, pris ses quartiers dans une maison de retraite du Minesota. En même temps que la jubilatoire résilience dont fait preuve le petit groupe de pétillantes veuves octogénaires qui entoure sa mère, Mia va découvrir la confusion des sentiments et les rivalités à l’œuvre chez les sept adolescentes qu’elle a accepté d’initier à la poésie le temps d’un été, tout en nouant une amitié sincère avec Lola, jeune mère délaissée par un mari colérique et instable…

Parcours en forme de « lecture de soi » d’une femme à un tournant de son existence et confrontée aux âges successifs de la vie à travers quelques personnages féminins inoubliables, ce roman aussi solaire que plaisamment subversif dresse le portrait attachant d’une humanité fragile mais se réinventant sans cesse.

 

Avis d’une lectrice du dimanche

Mia, poétesse et enseignante, ne supporte pas la « pause » imposée par son époux dans leur relation de mariage. Boris cède au démon de la cinquantaine et s’amourache d’une femme beaucoup plus jeune. Dire que Mia vit très mal cette rupture est un euphémisme, elle fond tout simplement les plombs ! Un petit séjour dans un hôpital psychiatrique sera nécessaire pour reprendre ses esprits. Convalescente, Mia se réfugie pour un temps dans le Minnesota afin de donner des cours de poésie à sept jeunes filles. Elle s’installe juste à côté de la maison de retraite dans laquelle résident sa mère et son groupe de copines octogénaires. Les blessures vont s’apaiser au contact d’adolescentes mal dans leur peau et de veilles femmes épicuriennes pour qui Carpe Diem est une maxime appliquée au quotidien. Sa propre fille lui assure également un soutien sans faille et sa rencontre avec Lola, jeune mère de famille, met également du baume au cœur.

 Une vision féministe, de beaux portraits sans fard, tout cela délicatement enrobé de références littéraires. Les générations se croisent sur fond de solidarité, rivalités et recherche d’identité.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lizagrèce 04/12/2011 12:41


Je leur souhaite encore plein d'années comme ça ! Bravo !

Marie 08/12/2011 18:30







Peut-êtrezazy 04/12/2011 10:33


Peut être le prendrai-je à la bibliothèque

Marie 08/12/2011 18:29



Bonne méthode pour tester... 



zazy 03/12/2011 22:38


Celui-çi, j'ai hésité puis renoncé à l'acheter

Marie 04/12/2011 09:58



Moui... Je n'ose pas plaider pour le lire absolument car même si j'ai aimé, je dois admettre que j'oublierai assez vite ce roman...


 



lizagrèce 03/12/2011 20:35


Bravo aux personnes de ta famille ! Il faut lutter surtout pour garder son autonomie  mais ça vaut le coup ! 

Marie 04/12/2011 09:57



Je suis bien d'accord avec toi pour l'autonomie. Mes parents sont âgés (78 et 80 ans) mais pour l'instant ils sont en forme et surtout ils sont tous les deux. Si un jour ils se retrouvent
malheureusement séparés, ils ont 2 filles, ils ne seront jamais seuls...


 



Fransoaz 24/11/2011 16:53


Mon avis rejoint celui de Noukette, je suis partagée entre curiosité et avis divergents.

Marie 03/12/2011 18:51



Et voilà, le seul moyen de savoir, c'est de le lire... 



Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche