Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:25

Zakuro---Aki-Shimazaki.jpg

 

Quatrième de couverture
La dernière fois que Tsuyoshi Toda a vu son père, c'était en 1942, quand ce dernier partait travailler en Mandchourie, d'où il a été déporté en Sibérie après la fin de la guerre. Vingt-cinq ans plus tard, alors que sa mère sombre peu à peu dans les errances de l'alzheimer tout en conservant l'espoir de revoir un jour son mari, Tsuyoshi apprend que son père, porté disparu, est vivant au Japon. Lorsque le père accepte de rencontrer son fils, seul, il lui remet une lettre dans laquelle il explique les raisons de sa disparition: ce qui s'est passé sur le bateau qui le ramenait au Japon a brisé net le cours de sa vie. D'une logique dramatique imparable, ce roman explore le destin d'êtres que l'Histoire a broyé dans les replis de ses silences honteux.

 

Avis d'une lectrice du dimanche

Aki Shimazaki nous plonge dans l’histoire du Japon, de la seconde guerre mondiale jusqu’à nos jours. Les Japonais ont durement payé leur défaite car nombre d’entre eux ont été déportés dans des camps de travail en Sibérie après la défaite du Japon. Sous la pression internationale, Staline a finalement relâché quelques  prisonniers mais beaucoup n’ont pas résisté aux conditions inhumaines d’internement.

 

Tsuyoshi Toda, adolescent lors de la disparition de son père en Sibérie, a pris en charge l’ensemble de sa famille. Cela a déterminé sa vie d’adulte car son sens du devoir l’a dissuadé d’avoir des enfants avec son épouse.

Alors que sa mère, atteinte de la maladie d’ Alzheimer, arrive peu à peu vers la fin de sa vie, Tsuyoshi Toda apprend que son père a finalement survécu et a fondé une nouvelle famille. Les deux hommes se rencontreront pour comprendre comment leurs existence respectives ont évolué, bousculées par les soubresauts de l’histoire.

 

J’ai aimé ce roman, même si je n’ai pas trouvé l’histoire aussi élaborée et la psychologie des personnages aussi complexe que dans Le poids des secrets.

 

Challenge

Sixième titre dans le cadre du challenge initié par Choco 

Challenge In the mood for Japan

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

emiLie 27/09/2010 21:02


J'ai bien envie de m'essayer à ce roman, la chose que je reproche à sa pentalogie c'est que c'est trop court!


Marie 27/09/2010 22:12



Trop court ? Ce petit reproche peut aussi s'appliquer à Zakuro...


 



Alex-Mot-à-Mots 26/09/2010 09:16


On dirait que celui-ci est plus condensé aussi.


Marie 27/09/2010 21:55



C'est le défaut des romans d'Aki Shimazaki : un peu trop courts ! 



Restling 25/09/2010 19:45


J'ai bien aimé Le poids des secrets, je note ce titre-ci.


Marie 25/09/2010 23:56



Cet auteur sait créer des athmosphères sereines...


 


 



BelleSahi 24/09/2010 21:35


Oui pas comme le poids des secrets mais on retrouve l'écriture si calme de l'auteur.


Marie 25/09/2010 23:52



Exactement...


 



emmyne 24/09/2010 21:31


Ah, il me tente celui-ci mais je pensais qu'il s'agissait d'un second tome ( après Mitsuba )


Marie 25/09/2010 23:52



Je crois aussi. Tans pis !


 



Présentation

  • : Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • Lectures pêle-mêle, rêves et mots de tête
  • : Ma bibliothèque virtuelle, balades et quelques carnets de voyage
  • Contact

Recherche